You are here

Causes et conséquences démographiques d'Ebola et d’autres maladies infectieuses émergentes

French
(2015 - 2018)
Chair 
Stephane Helleringer (Johns Hopkins University)
Andrew Noymer (University of California, Irvine)
Membership 
Sheba Gitta (African Field Epidemiology Network (AFENET))
Council Liaison 
Tom Moultrie (University of Cape Town)
IUSSP Secretariat 
Paul Monet (International Union for the Scientific Study of Population (IUSSP))
Terms of Reference: 

Les maladies infectieuses émergentes (MIE) sont des maladies dont l'incidence chez l'homme a augmenté au cours des deux dernières décennies, ou menace d'augmenter dans un avenir proche. Les MIE ont récemment suscite beaucoup d’intérêt médiatique, notamment en raison de la flambée actuelle du virus Ebola en Afrique occidentale.

 

L'apparition et la propagation de MIE présentent des défis particuliers pour l'analyse démographique. Tout d'abord, les MIE apparaissent souvent dans des zones géographiques ayant des systèmes de surveillance des maladies et d’état civil très limités. En conséquence, l'impact démographique des MIE est mal connu et difficile à quantifier. Il est toutefois important de dresser un bilan précis de ces épidémies, pour évaluer le rapport coût-efficacité de traitements ou de vaccins potentiels contre les MIE. Deuxièmement, la propagation de MIE a souvent été liée aux interactions complexes entre processus épidémiologiques, démographiques, économiques et écologiques. L'apparition de MIE peut, par exemple, être due à la croissance de la population rurale et des contacts accrus avec des nouveaux vecteurs. Les MIE peuvent aussi trouver un terrain particulièrement fertile dans les villes à croissance rapide des pays à revenu faible et moyen. Dans ces zones urbaines à forte densité, les contacts accrus, le manque d'accès aux soins de santé et les systèmes inadéquats d'assainissement des eaux peuvent permettre la propagation soutenue de maladies qui, auparavant, ne provoquaient que de petites épidémies. Une meilleure compréhension de ces interactions est nécessaire pour a) identifier les agents pathogènes qui risquent d'émerger, b) de prédire la survenue d'épidémies futures de MIE, et c) DE concevoir des programmes de santé publique pour prévenir de telles épidémies et atténuer leurs conséquences.

 

Afin d'améliorer la compréhension des causes et des conséquences  démographiques de ces nouvelles maladies infectieuses, ce comité cherchera à étendre les méthodes, modèles et théories développées précédemment pour comprendre la propagation du VIH. Le comité sera composé de chercheurs en démographie, santé publique et épidémiologie. Il visera à organiser trois séminaires sur une période de quatre ans et de publier les résultats dans des numéros spéciaux de revues de santé mondiale de premier plan.

Donate