Vous êtes ici

Share
 

La démographie africaine dans une perspective historique

Ol Pajeta, Kenya, 30 novembre - 2 décembre 2021

 

Le Comité scientifique de l'UIESP de démographie historique en collaboration avec le British Institute in Eastern Africa (BIEA) et la London School of Hygiene and Tropical Medicine a organisé un séminaire sur la démographie africaine dans une perspective historique à Ol Pajeta, Kenya, du 30 novembre au 2 décembre 2021. Le séminaire a été parrainé par l'UIESP, le Wellcome Trust, la Fondation Jan Wallander and Tom Hedelius et le Galton Institute. Sarah Walters et le BIEA étaient les organisateurs locaux.

 

Il y a un regain d'intérêt pour les passés démographiques de l'Afrique. Les données sur les tendances démographiques passées sont essentielles pour répondre aux questions fondamentales de l'histoire africaine, telles que le coût humain de la traite des esclaves ; l’impact du colonialisme sur la santé, le bien-être et la famille ; les effets des politiques post-coloniales sur les ménages et les moyens de subsistance ; les tendances à long terme de la mortalité et de la migration ; et l'influence de la religion, de l'éducation et de l'emploi sur les relations intergénérationnelles et l'organisation sociale de la reproduction. Les améliorations dans l’analyse des données sur les populations africaines anciennes éclaireront la façon dont les gens ont géré leur résilience et leur reproduction au fil du temps, pour faire face aux changements environnementaux, épidémiologiques, politiques et économiques.

 

Comprendre les origines historiques des régimes démographiques africains peut également aider à influencer les tendances démographiques actuelles et futures. Ceci est important étant donné que l'Afrique devrait représenter plus de la moitié de la croissance démographique mondiale d'ici 2050, avec des implications à la fois pour le dividende démographique et les migrations. En particulier, les démographes appellent à des approches interdisciplinaires et historiques pour améliorer la compréhension des contextes de transition de la fécondité dans la région, y compris ses blocages, ses renversements et ses dynamiques exceptionnelles spécifiques à l'âge et à la parité, et au contexte historique de la pandémie de sida.

 

 

L'objectif du séminaire était de mettre en lumière la disponibilité croissante de micro-données démographiques historiques à travers de nouveaux projets de numérisation ainsi que de rassembler des universitaires de différentes disciplines intéressés par la démographie et l'histoire démographique de l'Afrique.

 

Le séminaire a été organisé dans des circonstances difficiles, initialement prévu en mars 2020, mais reporté en raison du Covid-19. De plus, le séminaire final a été affecté par diverses restrictions liées au Covid, telles que le port obligatoire du masque et les tests quotidiens.

 

Le séminaire a réuni 26 participants de Belgique, d'Espagne, des Etats-Unis, de France, du Kenya, d'Ouganda, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de Suède. Vingt-et-un participants étaient présents au Kenya et cinq ont participé au séminaire de façon virtuelle. Vingt-et-une communications ont été présentées traitant de différents contextes temporels et spatiaux, ainsi que de différents aspects de la démographie et de l'histoire démographique. Plusieurs des communications présentaient des recherches utilisant de manière innovante de nouvelles sources de données pour étudier les modèles démographiques africains dans le passé. En plus des communications présentées et d'une séance de discussion distincte, une séance spéciale a été consacrée à une discussion sur les données, les thèmes de recherche et les collaborations futures.

 

Voir également :


 

 

 

 

 

Photos de Sarah Rafferty et Jutta Bolt.

 

Français
Donate