Vous êtes ici

Share
 

Changements familiaux en Asie de l'Est et en Europe du Sud

Harvard University, Cambridge (MA), États-Unis, 25-26 octobre 2019

 

Comité d'organisation : Mary Brinton (Harvard University), Paul Chang (Harvard University), Jim Raymo (Princeton University)

 

Le Comité scientifique de l'UIESP sur les Comportements familiaux en Asie de l'Est et en Europe du Sud a organisé un séminaire à l'Université de Harvard, les 25 et 26 octobre 2019. Le séminaire était parrainé par le Harvard Center for Population and Development Studies et l'Institut d'études japonaises Edwin O. Reischauer de l'Université de Harvard.

 

Bien que les pays d’Asie de l’Est et d’Europe du Sud aient la réputation de « pays à forte tradition familiale », ils connaissent actuellement certains des taux de fécondité les plus bas du monde. Alors que de nombreuses raisons ont été évoquées pour expliquer la faible fécondité de ces régions ou de certains pays en particulier, peu d'efforts ont été déployés pour replacer ces explications dans un cadre global avec une perspective comparative transnationale. L'objectif premier de ce comité scientifique est de développer et d'évaluer empiriquement une large gamme de questions construites autour des similitudes (et des différences) démographiques observées entre l’Asie de l'Est et l’Europe du Sud, ainsi qu’au sein de chaque région. Cet objectif passe par une compréhension solide et partagée des tendances démographiques dans ces pays et du contexte social, économique et politique dans lequel ces changements prennent place. À cette fin, la conférence comprenait cinq présentations d'experts sur la démographie de l'Italie, de l'Espagne, du Japon, de la Corée et de la Chine. Par delà la description des tendances démographiques récentes, ces présentations ont porté sur quatre caractéristiques clés de chaque société : l'inégalité entre les sexes, les liens familiaux, l'incertitude des parcours de vie et l'environnement politique.

 

 

Le séminaire a réuni 19 chercheurs venus d'Italie, d'Espagne, de Chine, du Japon et des États-Unis et plusieurs étudiants de 3e cycle et postdoctorants de Harvard. Les cinq communications ont été suivies d'une riche discussion qui a généré des idées pour de nouvelles pistes de collaboration. Le séminaire a été précédé d'une conférence le 23 octobre par Letizia Mencarini (Université Bocconi, Milan, membre du comité) au Harvard Center for Population and Development Studies Social Demography Seminar. Letizia Mencarini a mis l’accent sur le sentiment de confiance générale comme facteur pouvant partiellement expliquer les variations régionales de fécondité (à la fois à l'intérieur et entre les pays) et a fourni une introduction provocante et perspicace à la conférence. 

 

Les membres du comité se sont également réunis pour planifier les réunions à venir en 2020 à Milan et à Beijing. 

 

 

 

Français
Donate