Vous êtes ici

Share

Première cohorte de boursiers « IUSSP CRVS Fellows »

 

Le Comité scientifique de l'UIESP sur les Approches et méthodes démographiques pour renforcer les systèmes d'enregistrement et de statistiques de l’état civil (CRVS) a lancé un appel à candidatures pour un programme de mentorat. Ce programme est destiné à soutenir l'engagement des jeunes chercheurs dans le domaine de la population, pour mener dans des recherches tournées vers l'action dans le domaine de l’état civil et de l’identité légale. Ce programme offre un soutien à des professionnels en début ou milieu de carrière par le biais d'une bourse de recherche et d’un mentorat par le comité « CRVS ». Ce programme de bourses a été rendu possible grâce au généreux soutien financier du Centre d'excellence sur les systèmes d’enregistrement et de statistiques de l’état civil (ESEC). Hébergé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), le Centre d'excellence est financé conjointement par Affaires mondiales Canada et le CRDI.

 

Le Comité a reçu 140 demandes émanant de démographes et de spécialistes de la population de toutes les régions du monde travaillant pour des gouvernements, des universités, des organisations de la société civile ou des institutions multilatérales. Les propositions de recherche portaient sur les trois domaines d’intérêt pour le Comité « CRVS » :  

 

  • Recherches appliquées sur l'évaluation de l'exhaustivité et de la qualité de l'enregistrement des événements d'état civil (à savoir les naissances, les décès et les mariages). Les recherches dans ce domaine visent aussi à renforcer la boucle de rétroaction entre l'évaluation de l'exhaustivité/qualité et les efforts de développement des systèmes d’état civil ;

  • Recherches interdisciplinaires sur la relation entre l'enregistrement de l'état civil (et les autres sources de données sur la population), d’une part, et les nouveaux systèmes d'identité légale fondés sur la biométrie, de l’autre ;

  • Recherches pratiques (y compris des recherches qualitatives sur le terrain et des méthodes mixtes) sur les déterminants et les conséquences sociales et économiques du sous-enregistrement des faits d’état civil.

 

Le Comité « CRVS » de l’UIESP a eu bien du mal à faire une sélection parmi un aussi grand nombre de candidatures de qualité. Voici la première cohorte de 8 boursiers « CRVS » de l’UIESP :

 

Khadijeh Asadisarvestani est professeure assistante à l'Université du Sistan-Baloutchistan, en Iran. Elle a obtenu son doctorat en démographie de l'Université Sains Malaysia. Elle cherche à comprendre comment les changements démographiques sont affectés par un ensemble de problèmes socio-économiques, culturels et politiques, comment ils changent au fil du temps, et comment ils affectent différentes dimensions de la vie humaine et la structure de la société, en particulier les problèmes de santé. Elle a mené différents projets de recherche sur la fécondité, la contraception, le mariage des enfants, les grossesses non désirées et la mortalité maternelle. Ses recherches portent tout particulièrement sur les causes de la non-déclaration des événements d’état civil ainsi que sur les conséquences de l’absence de pièces d’identité sur la santé, en particulier la santé des immigrés et des femmes, et l’accès aux services de santé et la qualité de vie. À titre d'exemple, elle a travaillé sur des projets visant à comprendre l'impact de l'enregistrement des faits d'état civil sur le programme de prévention de la thalassémie et de l'hémophilie. Elle a travaillé également sur  l’impact de l’absence de papiers d’identité pour les patients atteints de thalassémie et d'hémophilie sur leur accès à des services sociaux ou médicaux dans la province du Sistan-Baloutchistan, en Iran.

 

Amanda Cheong est professeure assistante de sociologie à l'Université de la Colombie-Britannique, au Canada. Ses recherches portent sur les impacts sociaux du statut légal, en se concentrant sur les populations sans-papiers, apatrides et réfugiées. Dans le cadre de cette bourse, elle travaillera sur son projet de livre intitulé « Omitted Lives », qui est une ethnographie de l’expérience de familles marginalisées de leur exclusion de l’enregistrement civil en Malaisie. Elle a obtenu son doctorat en sociologie et politique sociale à l'Université de Princeton aux États-Unis.

 

Helena Cruz Castanheira est chargée des questions de population au Centre démographique d'Amérique latine et des Caraïbes (CELADE), qui est la Division de la population de la CEPALC (Nations Unies). Helena travaille sur des estimations et des projections démographiques en analysant la dynamique démographique des pays d'Amérique latine. Son projet vise à évaluer l'exhaustivité des données d’état-civil par sexe, en réévaluant les estimations de la mortalité adulte dans certains pays. Helena a obtenu un doctorat et une maîtrise en démographie de l’Université de Pennsylvanie. Elle a également effectué un post-doc et une maîtrise en démographie ainsi qu’une licence en économie de l'Université fédérale de Minas Gerais (Cedeplar-UFMG) au Brésil.

 

Aashish Gupta effectue son doctorat en démographie et en sociologie à l'Université de Pennsylvanie. Ses recherches portent sur la santé, les inégalités, l'environnement et la démographie. Les travaux d’Aashish portent à la fois sur des régions de pays en développement où l’enregistrement civil est complet et celles où il ne l’est pas. Il examine par exemple les causes de décès chez les enfants de Delhi et procède à l’estimation de l’espérance de vie au niveau des districts pour les États indiens où l'enregistrement des actes d'état civil est complet. Il a également récemment achevé un recensement de dix villages choisis de façon aléatoire dans un district du Madhya Pradesh (Inde), afin d'évaluer l’exhaustivité de l'enregistrement des décès. Aashish a grandi en Inde et a obtenu une maîtrise en études de développement à l'Institut indien de technologie (IIT) de Madras.

 

Gilbert Habaasa est Directeur de recherche pour une entreprise ougandaise de consultants, Population and Development Consult, basée à Kampala. Ses recherches portent sur les déterminants de la revitalisation du système d’enregistrement et de statistiques de l’état civil en Ouganda, notamment l'enregistrement des décès et la compilation des statistiques sur les décès. L'Ouganda, à l'instar de la plupart des pays d'Afrique subsaharienne, n'a publié aucune statistique sur la mortalité générée à partir de son système d'enregistrement des faits d'état civil. Ses travaux s’appuient sur des méthodes de collecte de données à la fois quantitatives et qualitatives. Les données seront recueillies auprès des établissements hospitaliers des 112 districts de l'Ouganda, qui font l’objet d’un enregistrement via la plateforme DHIS-2 (District Health Information System 2). Des données seront également recueillies auprès de l'autorité nationale chargée de l'enregistrement des identifications, de l’office national de la statistique de l'Ouganda, des services funéraires, des gouvernements locaux et de simples citoyens. Gilbert Habaasa est titulaire d'une maîtrise en sciences de la population de l'Université de Makerere, en Ouganda (2010-2012). Auparavant, Gilbert était chargé de recherche dans le domaine des enregistrements et statistiques d’état civil auprès de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) à Addis-Abeba (2013-2015), au sein duquel il a travaillé pour le Programme pour l’Amélioration Accélérée de l’Enregistrement des Faits d’Etat Civil et de l’Etablissement des Statistiques de l’Etat Civil en Afrique (APAI-CRVS).

 

M Moinuddin Haider est un chercheur au sein d’icddr, b, une organisation internationale de recherche en santé basée au Bangladesh. Ses recherches portent sur les déterminants sociaux de la santé, l'enregistrement des événements d'état civil, la mesure et des indicateurs démographiques et de santé ainsi que sur la démographie des religions. Moin travaille actuellement sur la validation de méthodes de mesure des indicateurs de santé, de fécondité et de mortalité, sur le sous-enregistrement des causes de décès dans les zones rurales du Bangladesh et sur l’évaluation de l’impact des programmes de santé. Il possède une expérience de dix ans dans le suivi et l'évaluation d'impact des programmes de santé et de population mis en œuvre par le gouvernement et les ONG au Bangladesh. Moin est titulaire d'une maîtrise en statistique appliquée (2007) de l'Université de Dhaka (Bangladesh) et d'une maîtrise en santé publique (2013) de l'Université indépendante du Bangladesh.

 

Siow Li Lai est maîtresse de conférences au département de statistique appliquée de la faculté d'économie et d'administration de l’Université de Malaya (Malaisie), où elle a obtenu un doctorat en démographie, une maîtrise en statistique appliquée et une licence en économie. Elle est coordinatrice de l'Unité d'études de population de l'Université de Malaya. Ses recherches portent notamment sur l'analyse démographique, les études de population et de genre, la santé publique et reproductive, et les sciences sociales. Son projet porte sur l’évaluation de la fiabilité des indicateurs de fécondité issus de l’état civil malaisien. L'évaluation consistera à comparer le nombre de naissances enregistrées à l'état civil aux données du recensement de la population pour de petites zones géographiques. Elle a obtenu des bourses de recherche de l'Université nationale de Singapour en 2014 et de l'Université du Michigan en 2017.

 

Marta Pasqualini effectue son post-doc au département de sciences politiques de l'Université de Pérouse (Italie). Ses recherches portent sur les déterminants sociaux de la santé dans le cadre d'une approche axée sur les parcours de vie. Son projet porte en particulier sur les disparités sociales et de santé causées par les différences dans l’accès à l’état civil pour les personnes sans domicile en Italie. La preuve de l'identité légale fournie par l'état civil est cruciale pour que les sans-abris puissent accéder à des droits ou à des services. Pourtant, à ce jour, peu de recherches empiriques ont été menées sur le lien entre état civil et accès aux soins de santé pour la population sans-domicile en Italie. Marta a obtenu un doctorat en démographie à l'Université de Rome La Sapienza (2019). Elle a également participé à l'École doctorale européenne de démographie (EDSD) en 2015-2016. 

 

Les boursiers et le Comité « CRVS » de l’UIESP organiseront un atelier de recherche en marge de la réunion annuelle de la Population Association of America 2020, à Washington, DC.

 

 

Français
Donate