Vous êtes ici

Share

Activités du Comité sur les migrations internationales

Octobre-novembre 2019

 

Les activités du Comité de l'UIESP sur les Migrations internationales : renforcer les connaissances scientifiques pour asseoir les politiques au cours des mois d’octobre et novembre comprenaient des séances lors de conférences en Asie et en Afrique ainsi que la première session de formation du comité sur les méthodes d'analyse des migrations. Ces activités seront suivies de l’organisation de tables rondes sur les priorités de la recherche sur les migrations internationales et de nouvelles formations lors de conférences au cours du premier semestre de la nouvelle année, une déclaration officielle en faveur d'une enquête sur les migrations internationales ainsi qu'un plan de travail pour un recueil sur les nouvelles méthodes de mesure, d’analyse et d’estimation des migrations.

 

Guy Abel (Asian Demographic Research Institute, Université de Shanghai) a organisé un atelier de formation sur l'utilisation de R dans l'analyse démographique fauquel ont participé 21 chercheurs, étudiants et employés des instituts nationaux de statistique en Asie (Chine, Japon, Inde, Philippines, Indonésie, Singapour, Corée du Nord et Corée du Sud). L’objectif de l’atelier était d’offrir une certaine maîtrise de du logiciel R et de montrer les avantages de son utilisation pour l’analyse démographique. Dans le dernier volet de l'atelier, l'accent était mis sur des dimensions spécifiques de l'analyse et de l'estimation des migration, notamment l'attention aux nuances de la conceptualisation et de la mesure des migrations dans le contexte des dynamiques de population, à la description de schémas de migration spécifiques à certains âges et de structures spatiales, présentés par Sebastian Ruiz (Centre d'Estudis Demogràfics, UAB, Espagne), l’estimation des flux migratoires à partir de données sur les stocks à l'origine et à destination, et la représentation empirique des processus et systèmes de migration. Les participants à l'atelier ont pu tester des applications de méthodes d'analyse avec des exercices dédiés. Les participants ont répondu à un questionnaire d’évaluation et ont majoritairement considéré l’atelier comme « excellent », appréciant notamment le professionnalisme et la patience des instructeurs, le niveau d'interaction, ainsi que l'efficacité des exercices : « (...) c'est vraiment quand on fait les exercices, car à ce moment-là, nous pratiquons directement ce qui a été expliqué et les résultats puissent être corrigés immédiatement. »

 

 

Après l'atelier, le 2e Forum asiatique sur la population s'est réuni à l'Université de Shanghai en collaboration avec le MetaCentre asiatique pour l'analyse de la population et du développement durable. L'UIESP y a organisé une séance intitulée « Priorités pour la recherche sur les migrations internationales en Asie ». Les cinq intervenants étaient invités à examiner trois thèmes transversaux : les théories et les recherches récentes qui ont fait progresser considérablement les connaissances démographiques concernant les migrations internationales en Asie ; les lacunes dans la théorie et la recherche sur l’Asie et les recommandations pour le renforcement des capacités de recherche et de formation sur les migrations dans la région. Binod Khadria (Université Jawaharlal Nehru), Doo-Sub Kim (Université Hanyang), Jasmine Ha (Australian National University) et Raya Muttarrak (East Anglia University) ont traité respectivement des migrations de main-d'œuvre, des migrations de mariage, et des migrations forcées, des dimensions environnementales de la migration et des défis liés aux données pour la recherche sur les migrations en Asie. Jalal Abbasi-Shavazi (Université de Téhéran) a participé à la séance par téléconférence et a réussi à susciter de bonnes questions et commentaires du public. Les discussions qui ont suivi les présentations ont porté sur les intersections entre dynamique des populations, migrations internes et changements économiques en relation avec les migrations internationales tant à l’échelle de la région qu’au-delà.

 

 

Mariama Awumbila (University of Ghana) a organisé et présidé une séance sur les « Perspectives et possibilités d'une enquête mondiale sur les migrations » à la 8e Conférence africaine sur la population. Les orateurs étaient Diana Nabukalu (Uganda Bureau of Statistics), Joseph Yaro (Regional Institute for Population Studies, Accra, Ghana) et Ellen Percy Kraly (Comité de l'UIESP sur les Migrations internationales). S'adressant à la trentaine de participants participant à cette séance, Mariama a introduit la séance en donnant un aperçu des géographies migratoires en Afrique subsaharienne. S'appuyant sur l’argumentation de deux autres membres du comité, Marcela Cerrutti et Philippe Fargues, Ellen Percy Kraly a souligné le besoin de données comparatives sur les migrations pour faire progresser les connaissances démographiques au 21e siècle, tout en soulignant les nombreux défis liés à la mise en œuvre d'une enquête mondiale sur les migrations. Mariama a ensuite énoncé une série de thèmes qui seraient tout particulièrement pertinents pour une enquête sur les migrations dans le contexte africain. Joseph Yaro a suivi avec une analyse approfondie à la fois des dimensions historiques profondes des migrations en Afrique ainsi que de la résonance entre les processus de migration interne, d'urbanisation, de migration intrarégionale et extrarégionale à l'intérieur et entre les pays africains. Il a souligné l'importance des schémas de développement inégaux dans les différentes régions d'Afrique, les formes distinctes de migration et, partant, la nécessité mais aussi les défis de l'harmonisation des données. Diana Nabukalu a fait un point très précis des sources de données et des enquêtes concernant les migrants et les réfugiés en Ouganda et offert une réflexion critique sur les défis et les opportunités pour des recherches plus poussées sur les migrations. L'importance d'une coopération et d'une collaboration solides entre les différentes institutions et organisations dans la collecte de données est absolument cruciale. Mariama a fait en sorte que la séance soit foncièrement participative. Les questions et commentaires du public ont porté sur le caractère intensif et volatil des migrations en Afrique, sur le fait que les questions touchant aux migrations sont souvent politiquement chargées, sur la nécessité de faire un bilan des sources existantes de données migratoires dans la région en termes de couverture de la population et de définitions des migrations, sur l’importance des mouvements et des migrations temporaires, sur le manque de recherches sur les migrations des spécialistes africains, etc.

 

 

Philippe Fargues et Marcela Cerrutti ont élaboré une proposition pour une Enquête mondiale sur les migrations qui sera partagée lors d’un certain nombre de réunions professionnelles à venir, notamment le 2e Forum international sur les statistiques des migrations (IFMS) qui se tiendra au Caire du 19 au 21 janvier 2020. Une séance sur les « Priorités dans la recherche et les statistiques sur les migrations internationales : les perspectives pour une enquête mondiale sur les migrations » sera également organisée à la réunion annuelle de la Population Association of America (PAA) à Washington le mercredi 22 avril de 15h30 à 17h. 

 

Nous sommes également très heureux d'annoncer que Guy Abel organisera un second atelier de formation sur l'estimation des migrations dans le cadre de la Conférence IFMS au Caire. Des informations détaillées seront partagées prochainement sur chacune de ces séances.

 

Comme toujours, nous encourageons les membres de l'UIESP à partager leur point de vue concernant les activités du Panel en contactant Ellen Percy Kraly (ekraly@colgate.edu).

 
 

 

Français
Donate