Vous êtes ici

Share

L'UIESP à ALAP 2020  

9-11 décembre 2020

 

L'UIESP a participé activement au IXe Congrès virtuel de l'Association latino-américaine de la population (ALAP) avec un stand virtuel et quatre séances, dont 3 ont été organisées par l'UIESP, dont une table ronde intitulée « Repenser la formation en démographie pour le 21e siècle ». Le congrès, qui devait initialement se tenir au Chili, s'est transformé en une conférence entièrement virtuelle.

  

 

Voir ci-dessous pour une description des séances auxquelles l'UIESP a participé.

 

Table ronde: Associations régionales de population

Suite à une séance similaire lors du Congrès international de la population de l'UIESP 2017 au Cap, l’ALAP a organisé une table ronde des associations régionales de population lors de son congrès virtuel le 9 décembre 2020. La table ronde portait sur les défis démographiques dans les différentes régions du monde et le travail des associations régionales. Animé par Georgina Binstock (ALAP), les président.e.s des associations suivantes y ont participé : Ignacio Pardo (ALAP), Aris Ananta (Asian Population Association, APA), Donatien Beguy (Union pour l’Etude de la Population Africaine, UEPA) et Helga de Valk (European Association for Population Studies, EAPS). 

 

Le président de l'UIESP, Tom Legrand, a ouvert la discussion, soulignant à la fois les similitudes et les différences régionales dans la dynamique de la population à travers le monde telles que le vieillissement de la population, la croissance et le déclin de la population, les migrations / mobilités et l'urbanisation, sans oublier les interactions entre santé et environnement. Dans ce contexte, les associations régionales ont un bilan impressionnant d'activités et d'expériences qui profitent à notre (inter-) discipline des études de population. Les thèmes primordiaux comprennent la nécessité de disposer de données fiables et de méthodes rigoureuses d'analyse de la population ainsi que d'approches innovantes pour l’une comme pour l’autre. Ce sont des préoccupations communes à tous, tout comme la formation. Favoriser l'inclusivité et la diversité des membres et dans les activités et impliquer de nouvelles générations de chercheur.e.s dans leurs travaux sont des défis communs pour toutes les associations, qui font toutes face à la pandémie de COVID-19 et au déplacement de leurs activités en ligne. Les présidents ont exprimé le besoin d'échanger régulièrement sur leur expérience et de partager les bonnes pratiques, par exemple pour les événements en ligne, et de coordonner les activités lorsque cela est possible pour faire face au nombre toujours croissant d'événements en ligne qui menacent de surcharger les membres. Les futures tables rondes des associations régionales seront chaleureusement accueillies par toutes les associations ainsi que par l'UIESP.  

 

Table ronde : Priorités de recherche et de production d'informations sur les migrations internationales : perspectives pour une enquête mondiale sur les migrations

Cette table ronde a été organisée et présidée par Marcella Cerruti (Conseil national de la recherche scientifique et technique - Argentine) au nom du Comité scientifique de l'UIESP sur les migrations internationales. Diego Iturralde (Statistics South Africa) a traité de l’éventualité et des défis d'une enquête pilote sur les migrations internationales en Afrique, tandis que Philippe Fargues (Institut universitaire européen) a présenté plus généralement les « Perspectives d'une enquête mondiale sur les migrations (EMM) ». Silvia Giorgiuli Saucedo (El Colegio de México), s'exprimant sur les leçons à tirer des d'enquêtes multi/sites en Amérique latine, a présenté l'expérience latino-américaine. Frank Laczko (Centre mondial d'analyse des données sur la migration de l'OIM) a cloturé la séance en se concentrant sur « Le rôle d’une EMM pour combler les lacunes en matière de données pour la recherche et les interventions politiques ». Malgré un retard au commencement, la séance a été très bien suivie avec plus de 35 participants et une riche discussion. 

 

Séance de l'UIESP sur le statut du congrès international de la population de l'UIESP 2021

Mary Ellen Zuppan (Directrice exécutive de l'UIESP) et Nico van Nimwegen (Secrétaire général) ont donné un aperçu des activités de l'UIESP et une mise à jour sur les plans pour le Congrès international virtuel de la population en 2021. Des membres du Groupe de travail des Chercheur·es en début de carrière de l'UIESP ont également présenté certaines de leurs idées pour accroître la participation des chercheurs en début de carrière dans les activités de l'UIESP. Après une courte présentation, il y a eu une séance de questions-réponses ouverte avec les participants sur le format du prochain Congrès virtuel (veuillez consulter l'article sur l'IPC 2021 dans ce bulletin pour plus de détails).  


Table ronde: Repenser la formation en démographie pour le 21e siècle 

La table ronde a fourni un forum d'échange et de réflexion sur la formation des étudiants de 3e cycle à la lumière des récents changements majeurs dans les données et les méthodes utilisées par les démographes (ex : Big Data), des nouveaux sujets d'analyse (ex : COVID-19 ; changement climatique), des changements dans les politiques et le financement des universités et des innovations dans les programmes de formation. Tom LeGrand (président de l'UIESP) a présenté un aperçu des problèmes et a animé la séance, qui a donné lieu aux présentations :

 

Former des démographes pour un monde en transition. Sonalde Desai (nouvelle présidente de PAA, professeure à l'Université du Maryland et directrice du NCAER-National Data Innovation Center à New Delhi) a fait une présentation de grande envergure. Elle a conclu avec une recommandation selon laquelle la formation devrait être différente entre les institutions du Nord et les PRFI, les institutions du Sud devant mettre davantage l'accent sur les dimensions politiques.

 

Formation à la démographie en période d'incertitude : défis dans un contexte de changement des politiques de l'enseignement supérieur en Amérique latine. Silvia Giorguli Saucedo (professeur de démographie et présidente d'El Colegio de Mexico) a traité des politiques de l’éducation supérieure en Amérique latine qui se traduisent par un retrait de l’Etat dans le financement de l’enseignement supérieur de 3e cycle. Elle a décrit les défis qui s'ensuivent pour les programmes de formation en démographie et s'est demandé si les diplômés formés par les programmes existants sont adaptés au marché du travail.   

 

Formation universitaire en démographie : quels sont les défis au Brésil ? Jordana Cristina de Jesus (professeur adjoint de démographie et d'actuariat à l'Universidade Federal do Rio Grande do Norte à Natal, Brésil) a parlé à partir du point de vue d'une jeune professeure issu d'une famille noire pauvre. Elle a souligné l'importance d'assurer une formation démographique plus inclusive au Brésil et de recruter des étudiants prometteurs de 3e cycle issus de groupes sociaux défavorisés (noirs, autochtones, etc.). 

 

Les défis de la formation avancée à la recherche en démographie : leçons de l'École doctorale européenne de démographie (EDSD). Frans Willekens (professeur émérite à l'Université de Groningen, ancien directeur du NIDI et chercheur principal et coordinateur de recherche en chef au MPIDR) a été étroitement impliqué dans le développement de l'EDSD. Il a exposé de manière convaincante la valeur d'un tel programme pour assurer une formation de haute qualité en sciences de la population dans le contexte européen - un modèle qui pourrait être reproduit ailleurs. 

 

La séance s'est terminée par une discussion animée et un l’accord de tous sur la valeur de des échanges sur ces questions et la nécessité de les poursuivre à l'avenir.  

 

 

Français
Donate