Vous êtes ici

Share

Atelier de formation sur le dividende démographique 

Ouagadougou, Burkina Faso, 15-24 septembre 2014


Organisé par le Réseau de l’UIESP pour le renforcement de la formation démographique en Afrique francophone

 

Comité de pilotage du réseau : Parfait Eloundou Enyegue (Président), Gervais Beninguisse, Philippe Bocquier Valérie Delaunay, Jean François Kobiané, Richard Marcoux.

 

Cet atelier de formation a été organisé dans les locaux de l’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’Université de Ouagadougou, par le Réseau de l’UIESP pour le renforcement de la formation démographique en Afrique francophone (FraNet), en collaboration avec l’ISSP et la Cellule d’Appui à la Recherche et l’Enseignement des Institutions Francophones d’Afrique (CARE-IFA) basé à l’IFORD (Cameroun). 

 

 

Il s’agissait de la troisième formation organisée par le réseau FraNet sur le dividende démographique, après ceux de Ouagadougou de novembre 2013, au cours duquel les participants ont validé la méthodologie, produit les résultats, les analyses et commentaires, et de Yaoundé d’avril 2014, qui a consisté en une restitution des résultats en présence des médias, société civile, politiques et représentants. Alors que les deux premiers ateliers portaient principalement sur les dividendes dans le domaine de l'éducation, cet atelier-ci a traité en outre de la croissance économique. L’atelier a réuni une quarantaine de participants venant d’une douzaine de pays d’Afrique : Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo RDC, Côte d’Ivoire, Madagascar, Maroc, Niger, Sénégal, Tchad. 


L’atelier avait trois objectifs principaux : 

 

1. Faire le point des connaissances actuelles sur les perspectives et conditions d’un dividende démographique en Afrique et son rôle potentiel dans l’émergence des pays africains. Ce fut l’occasion de passer en revue les résultats empiriques de quelques travaux récents sur cette question, ainsi que de nouveaux développements conceptuels.

 

 

2. Initier les participants à quelques méthodes d’analyse du dividende. Après un passage en revue des principales méthodes utilisées jusqu’ici (NTA, simulations, projections, analyse causale, décompositions) et leurs avantages relatifs, l’atelier s’est focalisé sur les méthodes de décomposition et en particulier leur application à l’étude du dividende dans les secteurs de l’éducation et de la croissance économique.

 


3. Produire collectivement un rapport évaluant l’ampleur actuelle du dividende dans divers pays africains. Ce document rendra compte, pour chaque pays, des dynamiques démographiques en cours, de leurs conséquences sur la fenêtre d’opportunité démographique, et de la progression dans le processus devant permettre de récolter ce dividende. Les analyses finales donneront une estimation de l'ampleur du dividende accumulé jusqu'à maintenant, ainsi que des perspectives d'avenir et de la contribution potentielle du dividende démographique à l'émergence économique de ces pays.

 

L’évaluation menée après l’atelier montre que les participants ont apprécié la qualité des intervenants et le format rallongé à 10 jours, qui a permis d’approfondir les apprentissages.

 


En marge de cet atelier, les organisateurs ont organisé le 20 septembre une réunion avec les Parlementaires du Réseau des Parlementaires Burkinabè en Population et Développement, à laquelle une douzaine de Parlementaires burkinabè ont pris part.

 

Trois présentations ont été faites à cette occasion :
• Présentation des travaux de CARE-IFA (Dr Crispin Mabika)

• Introduction générale sur le dividende démographique (Prof. Parfait Eloundou)

• L’expérience du Burkina Faso (Prof. Jean-François Kobiané)

 

Les différents exposants ont montré, à l’aide des données statistiques disponibles, la nécessité des accompagnements politiques de la part des gouvernants pour bénéficier du dividende démographique en Afrique en général et au Burkina en particulier. Il ressort des recommandations de l’expérience du Burkina Faso que des politiques axées sur l’éducation et particulièrement celle des filles pourraient aider à la planification familiale ; celles axées sur l’emploi pourraient contribuer à réduire le taux de dépendance réel afin d’aboutir à une croissance économique du pays.

 

 

Voir également :

• Le rapport du séminaire, le programme et les participants

• Le compte-rendu de la rencontre avec les Parlementaires

• La page web du réseau FraNet


Financements : Le Réseau de l’UIESP pour le renforcement de la formation démographique en Afrique francophone bénéficie du soutien de la Fondation William et Flora Hewlett.

 

Français
Donate