Vous êtes ici

Share

Réunions virtuelles du Conseil et perspectives pour 2020-2021

Zoom, 14, 15, 17 avril et 4 mai 2020

 

La réunion du Conseil de l'UIESP du printemps 2020 s'est déroulée au cours de quatre réunions Zoom de 90 minutes, les 14, 15, 17 avril et 4 mai. Le Conseil se réunit au moins une fois par an, généralement « en présentiel », pour examiner les activités de l'année précédente, approuver officiellement les comptes de l'UIESP, examiner le budget prévisionnel pour l'année en cours et discuter de nouvelles activités et initiatives. Les membres du Conseil ont discuté de projets pour de nouveaux comités et de nouvelles activités, y compris une série de webinaires de l’UIESP, des préparatifs du Congrès international de la population de 2021, de modifications des directives pour les pays hôtes intéressés à organiser de futurs congrès, du développement d'un nouveau prix pour les jeunes démographes et de sa politique anti-harcèlement pour les activités organisées par l'UIESP. Le point le plus important de l'ordre du jour consistait naturellement dans l’évaluation stratégique de l'impact du Covid-19 sur les activités de l'Union.

 

 

Le Conseil est particulièrement préoccupé par les effets à court et à long terme du Covid-19 sur les activités de l'UIESP et les perspectives de financement. Pour le moment, les financements sont suffisants grâce à plusieurs projets et programmes pluriannuels financés par les bailleurs, tandis que les dépenses de voyage pour les réunions en 2020 vont diminuer. Les comités de l'UIESP avaient planifié plus de 20 activités pour 2020 ; ils ont maintenant annulé ou reporté ces activités ou les ont déplacées vers des plateformes virtuelles. 

 

Le Conseil a réservé des financements disposer d’une plateforme pour des webinaires et de réunions virtuelles et encourage tous ses comités, dans la mesure du possible, à transformer les activités prévues en événements virtuels plutôt que de les reporter ou de les annuler. Bien que les événements en ligne n'offrent pas le même potentiel d'échange et de développement de réseaux que les réunions en face-à-face, dans le contexte actuel, ils sont la seule alternative disponible et ont l'avantage d'être accessibles aux membres et aux chercheurs de toutes les régions du monde.  

 

Plus préoccupant encore est l'impact que le Covid-19 pourrait avoir sur le Congrès international de la population. Bien qu'il soit trop tôt pour savoir comment la pandémie évoluera et son impact direct sur les événements prévus pour la fin de 2021, le Covid-19 et la crise économique qui en découle rendront certainement plus difficile la collecte de fonds. Le Comité national d'organisation indien (CNO) a déjà signé un contrat avec le Hyderabad International Convention Centre, rendant tout changement de lieu difficile. Le Conseil a décidé de maintenir le Congrès à Hyderabad en décembre 2021 et d’offrir des financements supplémentaires au CNO pour l’aider dans sa collecte de fonds. Le comité de pilotage du Congrès envisage également, si nécessaire, de réduire des coûts en organisant par exemple une conférence plus courte, avec moins de séances et de participants, et offrant moins de soutien ou aucun soutien pour les voyages. Le comité de pilotage a également envisagé l’option d’un congrès « hybride » (sur place et virtuel).

 

Le Conseil a proposé que le thème du Covid-19 soit ajouté en tant que thème transversal pour le Congrès de 2021. D'ici décembre 2021, les chercheurs devraient avoir des résultats à partager sur les impacts démographiques du Covid-19 sur toute une série de sujets cruciaux pour le public et pour les décideurs politiques. Pour donner aux chercheurs davantage de temps pour consolider leurs recherches, la date limite de soumission des résumés a été repoussée au 15 février 2021. 

 

Compte tenu des coûts considérables pour accueillir un Congrès international de la population et des difficultés croissantes auxquelles les organisateurs des pays hôtes sont confrontés pour leurs recherches de financements, le Conseil a révisé ses directives pour l'organisation des futurs congrès. Ce document vise à aider les membres qui envisagent de proposer d’accueillir le Congrès de 2025. Le nouveau document rend facultatif certaines des exigences les plus coûteuses, telles que l'interprétation simultanée et le financement des bourses de voyage, et offre d'autres options de partage des coûts et des revenus pour rendre le congrès moins onéreux.

 

La pandémie de Covid-19 a également permis de mettre en évidence l’importance et la valeur des experts pour les politiques et les programmes et le besoin incontournable de données de qualité pour asseoir leurs efforts. Les spécialistes de la population sont bien placés pour contribuer à ces activités. De nombreux démographes sont déjà à l’œuvre pour aider les gouvernements à estimer la trajectoire de la pandémie et à fournir des informations essentielles pour la planification et les interventions. Les membres de l'UIESP disposent d’une expertise sur de nombreux points, parmi lesquels on peut citer les approches innovantes dans la collecte des données, la mesure de l'impact des politiques et des mesures pour freiner la propagation de la maladie sur le nombre de vies sauvées, les estimations concernant la violence de genre, la dépression et les suicides durant le confinement, les changements dans les flux migratoires internes et internationaux et la compréhension d’autres impacts à long terme de l'épidémie. Le Conseil a décidé de créer deux nouveaux comités qui se traiteront de différents aspects de la pandémie de Covid-19. De plus amples informations sur ces nouveaux comités en cours de création seront disponibles dans le prochain bulletin de l'UIESP. 

 

Le Conseil a décidé proposer un nouveau prix pour jeunes démographes qui devrait débuter lors du Congrès de 2021. Le Conseil espère travailler en étroite collaboration avec les associations régionales de population pour la sélection des jeunes chercheur·es en début de carrière de chaque continent (Afrique, Asie/Pacifique, Europe, Amérique latine/Caraïbes et Amérique du Nord) ; une séance leur serait spécialement dédiée lors du Congrès.  

 

Enfin, l'UIESP est en train d'élaborer une politique contre le harcèlement lors des événements qu’elle organise. Ces dernières années, des problèmes de harcèlement lors de conférences universitaires ont mis en évidence la nécessité de mettre en place des politiques pour les empêcher de se produire et pour gérer ces incidents lorsqu'ils se produisent. À ce jour, l'UIESP n'a pas de politique codifiée. La nouvelle politique comprendra un code de conduite qui mettra l'accent sur le fait que les réunions de l'UIESP se doivent d’être des événements inclusifs et accueillants pour l'échange intellectuel. Ces directives définiront clairement le harcèlement et incluront une procédure de signalement et d'examen des plaintes ainsi que des sanctions si cela s’avérait nécessaire. 

 

Beaucoup a été accompli lors de la réunion du Conseil de 2020, bien qu'elle ait été plus courte que lors des réunions en présentiel. Nous espérons qu'au début de 2021, le Conseil de l'UIESP pourra à nouveau tenir sa réunion annuelle en face-à-face. Le commissaire aux comptes, Mazars, a approuvé notre rapport annuel 2019 d’activité et de gestion et les membres peuvent en prendre connaissance ici.  

 
Français
Donate