Vous êtes ici

Share
 

XXe Colloque de l’Aidelf / 44e Chaire Quetelet

Louvain-la-Neuve, Belgique, 28-31 août 2018

  

L’Aidelf et la Chaire Quetelet se sont unies cette année pour organiser du 28 au 31 août 2018 un colloque sur le thème « Comment vieillissons-nous ? ».

 

Environ 130 personnes se sont retrouvées à l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve pour écouter quelques 80 communications et échanger sur le vieillissement dans ses différentes dimensions, en faisant entrer en résonance de multiples échelles d’analyse. 

 

Le vieillissement est en effet un défi global, qui concerne l’ensemble des populations de la planète. Actuellement plus prononcé au Nord, il s’observe déjà dans les pays du Sud et y sera d’ailleurs plus rapide. Vieillir est aussi un défi personnel pour chaque individu, soucieux de maintenir son identité et sa dignité. Entre ces deux niveaux, les organisations internationales, les gouvernements nationaux, les élus locaux s’interrogent sur la soutenabilité des systèmes sociaux et sur les politiques qui ne juguleront pas le processus, mais qui doivent l’accompagner en préservant le lien social, et en particulier les relations intergénérationnelles.

 

En guise de prémisses, pour la journée du pays hôte (mardi 28 août 2018), les chercheurs du Centre de recherche en Démographie (DEMO) de Louvain-la-Neuve ont choisi de proposer une entrée en matière en traitant du cas belge et en prenant résolument une approche pluridisciplinaire.

 

Deuxième prélude : une séance, le 28 août également, a été plus spécialement dédiée aux jeunes chercheurs et consacrée aux publications en démographie. Des membres des comités de rédaction de revues francophones de démographie (Revue Quételet, Population, Cahiers Québécois de Démographie, Revue d’étude des populations, Annales de Démographie Historique) ont présenté la ligne éditoriale et les exigences vis-à-vis des publications dans leur revue.

 

La séance d’ouverture a été l’occasion de dresser un premier panorama. Trois chercheurs de disciplines différentes y ont introduit leur vision. Ainsi Gilles Pison, de l’Ined et du Muséum National d’Histoire Naturelle, s’est attaché à montrer l’évolution passée et future du vieillissement démographique dans le monde, en mobilisant des outils pédagogiques innovants et éloquents. Puis Michel Loriaux, de l’université catholique de Louvain, a soulevé avec verve les enjeux éthiques, sociaux et politiques auxquels il faut faire face pour que « nous vieillissions ensemble ». Enfin, Mamadou Coumé, médecin gériatre au Sénégal, premier titulaire d’une chaire de gériatrie en Afrique sub-saharienne, a abordé les aspects médicaux et sanitaires, mais aussi démographiques et sociaux, liés à l’augmentation du nombre des personnes âgées voire très âgées en Afrique, un processus qui a débuté et qui ira en s’accélérant, dans des pays qui sont loin d’être sortis de la pauvreté.

 

Par la suite, en une grosse vingtaine de séances, le colloque a exploré ces niveaux d’analyse et leurs articulations, à travers quatre axes : 

  • Définitions et mesures de la vieillesse et du vieillissement
  • Durée de vie, autonomie, fragilisation et fin de vie
  • Relations intergénérationnelles et modes de vie
  • Politiques publiques et vieillissements

 

Le mercredi 29 août, une table-ronde ouverte au public a été organisée en collaboration avec l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) et animée par Nathalie Burnay (universités de Namur et de Louvain-la-Neuve). Après la projection d’une version courte du film documentaire « j’y suis, j’y reste » (Leroy Merlin Source), des sociologues, des démographes et des praticiens de terrain ont débattu de la prise en charge des aînés, entre maison de retraite et domicile.

 

Jeudi soir, les organisateurs du colloque de Louvain-la-Neuve ont offert à l’Association Internationale des Démographes de Langue Française une belle célébration pour son 40e anniversaire ! Dans les ruines magnifiques de l’abbaye de Villers-la-Ville, ont pris la parole successivement le président de l’AIDELF, Michel Oris, le président de l’UIESP, Tom LeGrand, la directrice de l’INED, Magda Tomasini, et Nathalie Burnay au nom de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française.

 

La séance de clôture a été résolument tournée sur l’intergénérationnel. Intitulée « Que pensent les jeunes chercheurs (et les moins jeunes) du vieillissement? », elle a réuni Sadio Ba Gning (Université Saint Louis du Sénégal), Marthe Nicolet (Université de Genève) et Rafael Silva Ramirez (Université de Montréal), sous la houlette de Jacques Véron (Ined). Ils nous offert l’éclairage de leurs regards croisés sur les thèmes principaux du colloque. 

 

 
L'UIESP était représentée au Colloque par son Président, Tom LeGrand (Université de Montréal).

Français
Donate