Vous êtes ici

Share

L’UIESP, les sciences de la population et le Covid-19

 

Alors que nous préparons ce bulletin, la pandémie de Covid-19 continue de se propager dans le monde. Nous espérons que vous, vos familles et vos collègues vous portez bien et que vous faites votre part pour « aplanir la courbe ». Tout en travaillant « en distanciel », et en dépit de l'annulation ou du report de nombreux événements prévus, l'UIESP a été très active pendant cette période. Beaucoup de réunions ont pu se tenir en ligne - y compris celle du Conseil de l'UIESP, la cérémonie du Lauréat 2020 et plusieurs activités organisées par des comités de l’UIESP dont nous rendons compte dans ce bulletin.

 

La pandémie de Covid-19 a conduit l’UIESP à organiser des activités nouvelles, telles qu'une série de Webinaires et l’affichage d’une page web dédiée aux nombreuses contributions de spécialistes de la population à la compréhension de la pandémie. Nous vous encourageons à nous transmettre vos contributions. Nous tenons à ce que les informations que nous publions reflètent pleinement l’état de la recherche dans votre région et attestent ainsi du rôle essentiel que la démographie et les sciences de la population doivent jouer dans l’élaboration d’analyses scientifiques utiles à la lutte contre l'épidémie et à la compréhension de ses conséquences sur le long terme.

 

La démographie fournit des outils pour analyser les données démographiques et décomposer l’impact du COVID-19 tant sur la santé que sur l’économie, non seulement par sexe et par âge mais aussi selon les localisations géographiques et diverses variables socio-économiques, mettant particulièrement en lumière les effets négatifs et même cruels des inégalités socio-économiques et du racisme systémique. L'épidémie de COVID a mis à nu les inégalités entre pays et au sein de chaque pays, révélant crûment les disparités en matière de santé et de mortalité : certains groupes vulnérables sont ainsi affectés de manière disproportionnée par la pandémie - plus susceptibles d'être infectés et de mourir de la maladie ou de perdre leurs moyens de subsistance du fait du ralentissement économique dû aux efforts déployés pour contenir sa propagation.

 

Bien avant le COVID, les études té ont révélé que les catégories ethno-raciales ou la caste, indépendamment de la richesse ou du statut socioéconomique, étaient associées à une moins bonne santé. Récemment, le 25 mai dernier, la mort de George Floyd des propres mains de la police de Minneapolis a déclenché une vague d’indignation contre le racisme systémique aux États-Unis et dans le monde entier.

 

Le Conseil international de la science (CIS), dont l'UIESP est membre, a appelé à lutter contre le fléau du racisme systémique et institutionnel au sein des organisations scientifiques et de la société (voir Déclaration sur la lutte contre le racisme systémique et d'autres formes de discrimination – en anglais). Convaincu que la science ne peut prospérer que si elle est pleinement inclusive, le Conseil de l'UIESP soutient cette déclaration et l'appel aux organisations scientifiques à « collecter les données existantes sur les discriminations dans le monde de la science, à engager un dialogue international au sein des institutions scientifiques et au-delà, et à convenir de mesures concrètes pour corriger les discriminations systémiques dans le domaine scientifique ».

 

L'UIESP reste fermement déterminée à promouvoir les sciences de la population et leurs spécialistes partout dans le monde, en veillant à ce que les chercheurs, indépendamment de leur nationalité, de leur origine ethnique, de leur sexe ou de leur religion, contribuent pleinement à la recherche scientifique de haut niveau et aux discussions et débats sur les questions de population. Dans le même esprit, le Conseil est en train de rédiger un document visant à définir sa politique anti-harcèlement accompagné d’un code de conduite pour toutes les activités de l'UIESP.

 

 

 

 

Français
Donate